Le Fjord

01ef14bd28

Le Fjord est une race originale de petit cheval venue de Norvège. Ses origines sont anciennes et il a peu connu de croisements ; c’est pourquoi le Fjord est considéré comme très pur, descendant de chevaux asiatiques primitifs arrivés en Norvège par l’Est. Cheval de traction rustique destiné au travail agricole et au débardage forestier dans son pays d’origine, il gagne en taille au fil du temps et son talent attelé lui vaut d’influencer la plupart des races de trait d’Europe occidentale. Depuis les années 1950, il est exporté dans de nombreux pays, particulièrement au Danemark et en Allemagne, où son élevage est très actif, puis en Belgique et en France où, jusqu’en 2003, il est considéré comme un poney en raison de sa taille.

 

retrouvez le Reglement-Studbook-Fjord-17-12-2014 (1)

 

 

Un peu d’histoire …

 

Le Fjord possède des origines lointaines et floues. Il descend probablement des chevaux de Prejwalski ou asiatiques, eux même issus des chevaux préhistoriques. Il semble avoir conservé beaucoup de caractéristiques archaïques typiques, comme la robe isabelle, la raie de mulet et les zébrures ornant les membres. Le Fjord original a été amélioré au cours des siècles par des croisements avec le poney celtique et le tarpan. Le Fjord en résultant est utilisé depuis des milliers d’années comme en attestent des représentations sur des objets vikings le montrant au cours de raids et de batailles. Les vikings pratiquaient une forme de sélection assez féroce de leurs étalons en les faisant se battre à mort, le survivant devenant reproducteur.

Du VIIIe au XIe siècle, le Fjord a ainsi été de toutes les invasions. Transporté à bord de drakkars, il s’est répandu dans toute l’Europe du Nord. Il tire manifestement son nom actuel de ces régions et principalement de la Norvège. C’est d’ailleurs dans l’ouest de ce pays que commence son histoire officielle où la race a été nommé ‘Vestlandshest‘ jusqu’en Février 1947.

De la préhistoire au milieu du 19ème siècle, le modèle du Fjord évolue. Sa taille et sa morphologie connaissent de nombreuses variations.

Rosendalborken l 8

Deux étalons imprègnent fortement la race:

Rosendalborken l 8, né en 1863,

est un représentant du type léger,

présenté en Allemagne à l’âge

de 20 ans, où il fait sensation.

Njal 166

 

Njål 166, né en 1891 à Stryn et représentant

du type de Sogn og Fjordane, stationne comme

étalon dans le Stryn de 1896 à sa mort en 1910.

Il est actuellement présent dans toutes les lignées Fjord du monde.

 

 

 

Le Fjord est facile à nourrir, fort, dur, mais docile, avec une capacité de travailler de longues heures, jour après jour dans des conditions difficiles. Cette collaboration avec sa polyvalence fait du Cheval Fjord très approprié pour le travail sur les petites exploitations agricoles dans l’ouest du pays longtemps avant le début de la mécanisation. Le Fjord a également été utilisé pour le transport entre les hameaux et les ferries.

 

Situation en Norvège

 Dans les années 1900, l’élevage du Fjord s’est en effet orienté vers l’agriculture, et le type plus grand de la côte nord-ouest, apte à la traction, a pris le dessus sur le type plus léger de la côte sud-ouest. L’encolure est devenue plus courte. Il est difficile de connaître le nombre de Fjords au début du 20ème siècle . Il est certain que pendant la Seconde Guerre mondiale la race est très demandée, plus de sont répertoriées en 1943

 À partir des années 1960, l’arrivée de la motorisation agricole et des transports automobiles a particulièrement affecté le Fjord. Les effectifs de la race ont alors fortement diminué. En 1965, ces chevaux sont dispersés dans de petites exploitations agricoles. Dans le but de faire naître un intérêt national pour la race, le gouvernement norvégien investit dans des expositions consacrées à ce cheval. Le premier stud-book est ouvert en 1910 en Norvège, et compte 308 étalons nés entre 1857 et 1904.

 La première association est créée dans les années 1980. De nombreuses sociétés locales ont fusionné, avec notamment parmi elles Nordfjord Fjordhestlag, fondée en 1919. Les autres se sont formées dans les années 1930 et 1940. Toutes ces associations se sont réunies dans la Norges Fjordhestlag (Société norvégienne du cheval Fjord, NFL), en 1949. La NFL est elle-même à l’origine de l’organisation Fjord Horse International, créée en 1997.

En 1994, un règlement d’approbation en race pure est introduit suivant les règles de l’Union européenne.

Situation en France

Le Fjord est importé en France depuis les Pays-Bas sur initiative privée en 1969, en plein « phénomène poney ». C’est aussi la date de la création de l’Association française du Poney Fjord (AFPF). Il fait d’abord le bonheur des randonneurs au long cours, puis dans les années 1990 celui des meneurs d’attelages. Le Fjord est depuis 2003 reconnu comme un cheval.

 

Le Modèle Standard

Aux origines, le Fjord est une race de chevaux trapus, qui par la sélection a évolué vers des individus de taille plus importante et aux allures plus souples. Toutefois, le Fjord conserve de ses origines un modèle compact et fort, sa carrure reflétant la grande force qu’il peut déployer.

Apparence

Le Fjord possède une vraie tête « de poney », de petite taille, aux traits secs et dotée d’un bout de nez carré. Certains sujets peuvent posséder une tête lourde et chargée de ganaches, peu recherchée. Harmonieuse et expressive, la tête est surmontée de petites oreilles droites bien écartées, courbées vers l’extérieur et portant une tache plus foncée. Il possède de grands yeux sombres, eux aussi bien espacés. Le crâne est large et court, avec un front large et plat, et un chanfrein légèrement concave ou rectiligne. Les naseaux sont bien ouverts. Les ganaches sont accentuées mais ne doivent pas être trop lourdes, et l’attache au niveau de la tête est légère. L’une de ses particularités distinctives est un bout de nez plus clair que le reste de la tête.

 

 

L’encolure est très forte, bien qu’un peu courte, robuste et très musclée, mais parfois légèrement rouée, elle est recherchée longue chez les chevaux destinés à la selle ou au bât. Elle ne doit pas être trop lourde, en raison de la raréfaction des Fjords de traction agricole. Elle illustre aussi un fort dimorphisme sexuel, celle du mâle étant très épaisse. Les épaules lourdes sont faiblement obliques mais ne manquent pas d’une action libre remarquable, elles étaient traditionnellement droites chez les chevaux de traction agricole. Le garrot est peu prononcé (comme c’est fréquemment le cas chez les chevaux de montagne), le poitrail et le passage de sangle profonds. La cage thoracique est bien éclatée. Le dos est court à modérément long, les reins sont courts et bien musclés, la croupe est variable mais doit être proportionnelle au reste du corps. Les hanches sont longues, profondes et bien développées.

Jambes et avant-bras sont larges et musclés, genoux sont développés et plats sur l’avant. Les cuisses sont fortes, bien musclées avec beaucoup de chair. Les membres sont courts, puissants, vigoureux et possèdent d’excellentes articulations. Les paturons sont forts, longs et inclinés, ce qui induit des allures élastiques et confortables. Les pieds, d’excellente qualité, possèdent une corne très dure. La crinière est naturellement abondante lorsqu’elle n’est pas taillée. La queue, portée modérément haute, est épaisse et bouffante. La présence de quelques fanons au bas des jambes est normale, toutefois, le standard de la race les déconseille s’ils sont trop abondants, en effet ils dénotent une ascendance de cheval de trait. Le pelage du Fjord devient particulièrement dense et épais en hiver, en raison du climat rude de son pays originel.

 

Caractère

Leur caractère docile et leur force en font des chevaux parfaitement adaptés aux travaux agricoles. Ils sont utilisés pour l’attelage, l’équitation et le saut.

Robe

Généralement isabelle ou parfois gris avec une raie de mulet noire courant tout le long du dos et au centre de la crinière, les crins extérieurs étant plus clairs. Les membres comportent aussi parfois des zébrures. L’extrémité de la tête a une teinte plus claire que le reste de la robe, tandis que la queue et les jambes sont habituellement plus foncées.

Les robes du Fjord

Les variations de couleurs sont au nombre de cinq.
Il est difficile de déterminer précisément certaines variations et de manière générale la couleur de certains individus car elle peut changer selon l’époque de l’année.
Un des moyens les plus sûrs est tout de même de regarder la couleur des crins et de la raie de mulet.

Isabelle (ou Brunblakk) :
La robe la plus répandue. La bande de crins au milieu de la crinière, ainsi que la raie de mulet sont particulièrement foncés, noir ou marron sombre.

Isabelle Alezanée (ou Rodblakk) :
Elle est rousse jaunâtre. A la différence de la couleur isabelle, la bande centrale de la crinière et la raie de mulet sont plutot rousses. Les crins sont souvent plus clairs voir blonds.

Souris (ou Gra) :
La plus facile à distinguer. Comme son nom l’indique, les individus de cette couleur ont les poils gris.

Isabelle Pâle (ou Ulsblakk) :
Très proche de la couleur isabelle, il s’agit d’une variation plus claire. La robe est presque blanche et la raie de mulet grise ou noire

Isabelle Jaune (ou Gulblakk) :
Également une variation plus claire mais de l’isabelle alezanée. Très rare, elle se caractérise par une raie de mulet très pale.

Taille et poids

La taille désirée se situe entre 1,35 m et 1,50 m, mais il n’existe aucune limite supérieure ou inférieure. En raison de l’engouement pour le modèle de selle, les sujets d’1,55 m ne sont plus rares. Les chevaux allemands et norvégiens sont généralement un peu plus grands que les français. Comme d’autres races de hauteur intermédiaire entre cheval et poney, le Fjord est, en raison de sa morphologie, considéré comme un cheval quelle que soit sa taille. En revanche, lors de compétitions, sa taille le fait concourir dans la même catégorie que les poneys. Le poids va de 400 à 500 kg.

 

L’élevage en France

L’élevage s’est tout d’abord développé en Alsace, puis s’est répandu en Lorraine, dans les Pays de la Loire, en Poitou-Charentes et en Midi-Pyrénées. On trouve également une présence d’élevage dans la région Rhône-Alpes et dans le Nord de la Picardie (où est également élevé le Henson, issu de croisements avec le Fjord).

 

Etalons en activité en 2014
Étalons en activité en 2014

 

 

 

Une activité d’élevage importante est observée en Alsace, en Basse Normandie, en Bretagne et en Midi-Pyrénées.

Les autres régions se distinguent par une production plus faible mais régulière.

Un important travail de recherche de qualité des géniteurs est en cours et bien que le nombre des éleveurs régresse légèrement, les notes moyennes des concours d’élevage progressent régulièrement.

Evolution des naissances 2014

Juments saillies 2014